Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 

Cliquer les photos pour les voir en grand format.

Avant d'entamer sa restauration je vais en profiter un peu, tout d'abord son rapatriement. 
 

Géronimo est un Land Rover modèle Series IIA Station Wagon (5 portes et 10 places assises) de 109" d'empattement, sorti des usines de Solihull en Angleterre en 1964, motorisé par un moteur essence de 2,25l.
Acheté à son ancien propriétaire dans l'Indre et Loire en décembre 2008 il a appartenu à son Service Départemental d'Incendie et de Secours où il aurait passé une trentaine d'années, réformé en 1998 alors qu'il était affecté à la brigade de Saint Épain.

Mi-décembre, nous sommes prêts à aller le chercher à Tours où un copain, Domi, l'a réceptionné pour moi auprès de son ancien propriétaire. Les pneus de type agricole sont très vieux et très usés et sur conseil de Domi je monte avec moi un jeu de roues en meilleur état pour faire les 600 km retour en sécurité.
 C'est Anne qui conduira le véhicule d'assistance au retour, barre de remorquage, caisse à outils et liquides divers à bord..

Départ vers le nord.

Halte gastronomique en pays de Cahors. Ce sera coq au vin du pays, coq et vin

 

 

 

 

 

 

En soirée, Domi me présente ma nouvelle acquisition.

 

Premier contact sur le parking.

 L'inévitable inspection du moteur.

 

Le lendemain matin quelques petits réglages, vérification des niveaux et changement des roues.

Un plein de SP 95 à 1,04€  (merci la crise de décembre 2008  si ça pouvait durer, pas la crise, le prix de l'essence ...).

 
Et c'est la redescente dans le SO. Mais Géronimo, chauffe, il chauffe trop. Mettant à profit l'arrêt chez nos amis Magali et Pierre-Jean à Brives j'essaie en vain, malgré l'assistance téléphonique des copains du LTDS, de régler le problème, en changeant les bougies, en changeant la courroie de pompe à eau trop lâche usée à la corde, en rinçant le circuit de refroidissement à la lessive St Marc (il en est sorti de la cochonnerie) rien n'y fera. Sur la route du causse qui nous redescend sur Cahors, frisant les 110°C roulant à 30/40 km/h nous nous arrêterons plusieurs fois pour remettre de l'eau dans le radiateur.

 Une fois sorti du causse et ses montagnes russes la température se stabilise aux alentours de 90°. Il ne chauffe qu'en montées. Le moteur débridé par deux jours d'utilisation atteindra la fabuleuse vitesse de 94 km/h GPS lancé en ligne droite. Cela paraît pas aujourd'hui mais pour un véhicule de cet âge et dans cet état c'est plus qu'honorable. Ce sera encore plus étonnant lorsque je m'apercevrai que... Mais j'en parlerai plus tard....

Arrivée à la maison ou Géronimo fait la connaissance de sa grande soeur Monneypenny.

Géronimo fait de l'eau par tout ses joints, enfin ce qu'il en reste après quarante ans. Les rails et glissières des vitres rouillés, usés ou inexistants par endroits. Ça brinquebale dans tous les sens, l'habitacle n'est que courants d'air et il ne fait pas chaud en ce mois de janvier, qu'importe, chauffage et soufflerie à fond, gants, bonnet, écharpe je prends plaisir à le conduire sur les chemins environnants.

 Malgré des amortisseurs inexistants, enfin ils sont là par ce qu'il ne se sont pas encore décrochés, silent blocs fondus, vidés de leur huile, seulement sur les lames le plaisir est là dans les odeurs d'essence et d'échappement.

 

 

 

 

  J'ai passé, du temps, beaucoup de temps sur le problème de température. Le moteur chauffe, mais pas en plaine, uniquement en montées et rapidement.
Je procède donc par élimination pour en arriver à la vérification du calage de l'allumage où je trouve un décalage de 30° au niveau du Point Mort Haut repère volant moteur ainsi qu'un allumeur réglé empiriquement par un mécano amateur passé avant moi...
  Je comprends pas tout, j'apprends, et avec ce que j'ai trouvé lors de la restauration de Monneypenny je commence à les collectionner...
  Pardi, avec ça il pouvait chauffer!

Réglages et nettoyages effectués Géronimo ne chauffe plus.
Mais il faut tester, alors petite promenade dans les Pyrénées ariègeoises.

 

Fin mars, rien de gagné, les matins sont encore bien frisquets..

 Face à nous les sommets ariègeois, l'Andorre, le massif du Puymorens, c'est là-haut que nous allons. Enfin, j'ai bon espoir.

Nous entamons la montée.

 Et tout se passe bien. Le moteur ne dépasse pas les 80°.

 

 Là, je me sens mieux, beaucoup mieux, nous allons pouvoir nous servir de ce Land sans trop de soucis jusqu'à sa restauration.

 

Mais il est poussif, vraiment poussif, tout n'est pas encore bien clair et je décide de continuer à monter, direction l'Andorre via le Pas De La Casa.

  Le Pas De La Casa, un immense magasin perché à 2.000m d'altitude.

 

   Direction Andorre La Vieille par le Port d'Envalira, le port culmine à 2.400m.

 

  L'Andorre c'est, avec le commerce HT, avant tout une immense station de nature et de ski .

 Nous n'irons pas plus loin, Géronimo n'a pas chauffé et ne chauffera plus. Mais il est à la peine, j'ai failli passer les courtes pour arriver là.

 

 Redescente sur le Pas pour y faire quelques courses, une touche de couleur dans ce monde tout en blanc...

 

 Ce problème de chauffe résolu il faut que je trouve pourquoi il s'essouffle dans les fortes montées.
Conseils pris sur le forum du LTDS je vérifie les compressions à l'aide de l'outil prêté par Lionel.

 

Et voici les mesures que je relève au compressiomètre:

Cylindre 1 = 8,8 bars
Cylindre 2 = 3,5 bars
Cylindre 3 = 9,2 bars
Cylindre 4 = 9,4 bars

Le constat c'est que:

- Géronimo s'est gravi une dénivelée de 2.000 mètres sur ... trois cylindres!
- Il peut malgré tout atteindre la vitesse de 94 km/h comme lors de son rapatriement!

On m'avait dit du bien de ces moteurs, je le vérifie sur pièce.

 Le diagnostic révèle après divers tests effectués sur les prises de compression qu'une soupape du n° 2 ne ferme plus, très certainement suites aux fortes montées en température dues aux mauvais réglages du calage de de l'allumage. Va-t-en savoir depuis combien de temps il roulait comme cela ...

Par acquis de conscience je vérifie le réglage du jeu aux culbuteurs qui doit normalement être de 0,25mm. Là encore je trouve la conséquence d'un laisser aller général de l'entretien de ce véhicule :


1 = 0.15
2 = 0.10

3 = 0.25
4 = 0.20
5 = 0.25
6 = 0.20

7 = 0.10
8 = 0.30

 

PETITE VISITE DU VEHICULE

Ce n'est pas un 4X4 permanent, il possède une boîte de vitesse à quatre rapports avant (grand levier boule noire) et un rapport arrière. Cette boîte est accouplée à une boîte de transfert, réduction en vitesses courtes et enclenchement du crabotage pont avant. La transmission aux roues se fait par l'intermédiaire de deux arbres de transmission, un vers le pont avant, l'autre vers le pont arrière.
La combinaison des positions des deux leviers rouge et jaune permet l'enclenchement de la propulsion en vitesses longues sur pont arrière, en longues 4x4 (crabotage du pont avant) ou 4x4 permanent en vitesses courtes qui est la configuration tout-terrain, conduite sur neige, sable, boue...

 Deux moteurs d'essuie-glace, un radiateur à soufflerie intégrée pour le chauffage de l'habitacle, deux volets d'aération,  indicateur de t° moteur et de pression d'huile, ampèremètre contrôle de charge, jauge carburant, voyant de feux, pression d'huile, commodo de clignotants, contacteur démarrage, starter et .. c'est tout.
Ah oui, le sélecteur code/phare se situe sur le plancher au niveau du pied gauche. Rusticité et simplicité.

 

 La banquette arrière est une réalisation artisanale. Pas d'origine. J'ignore la raison de son changement.

 

 Ce véhicule a été livré à l'origine en version tropicalisée, c'est à dire avec un double toit dans lequel on a intégré des aérateurs. Cela permet une réelle ventilation de l'habitacle. Quand les volets sont ouverts ils captent le flux d'air déplacé entre le double toit et le dirige à l'intérieur, s'il pleut l'eau ne peut entrer.
Géronimo a perdu son double toit supérieur, il me faudra lui en reposer un autre.

 

 
Le moteur essence, trois paliers, 2,25cc appelé aussi le 2l1/4 en réalité 2,286cc taux de compression 7:1 n'est plus celui d'origine mais de provenance militaire et date de 1968. Je m'emmêle dans les racines de ce véhicule qui me semble avoir vécu en Suisse (j'ai quelques indices) avant de continuer sa carrière chez les pompiers. Mais j'en reparlerai.

 Quatre cylindres en ligne, carburateur Solex, circuit électrique en 12 volts produit par une dynamo. La consommation moyenne dépend de l'état du moteur et réglages de ses périphériques. Cela peut aller de 13 à 17 litres/100 km.

 

 

 

Certains m'ont dit, il est superbe, laisse-le dans son jus...
C'est vrai qu'il est beau mais sa robe est en mauvais état, la peinture rouge quand elle ne s'écaille pas se décolle sous l'effet de réactions électrolytiques. Vu de loin il présente bien, de plus près ce n'est plus la même chose.

 D'origine il était "Pastel Green" ou "Light Green" comme Monneypenny. Une couche d'apprêt a été passée sur cette première couleur puis plusieurs couches de ce rouge pompier. Une acné pas jolie du tout...

 

Sur les deux côtés des flancs du hard-top j'ai ôté autour des vitrages des équerres en acier rivetées que je pensais avoir été placées là pour rigidifier les encadrements, en effet on avait du penser à l'époque que ce pourrait être une sécurité au regard de lourdes charges embarquées sur la galerie de toit.

 Ingénu que j'étais, le mal était déjà fait, et c'est là que je m'aperçois en ôtant ces plaques qu'elles ont été posées avant qu'il soit peint en rouge, donc avant qu'il n'entre chez les pompiers. Avec le moteur militaire et d'autres indices je suis quasi persuadé qu'il a bien vécu ailleurs avant, et pas forcément en France.
L'électrolyse n'a pas aidé.

 Les joints quand ils existent sont dans un sale état et n'assurent plus leurs fonctions d'étanchéité et d'amortissement.

 

 Et certains, comme sur le bas de cette vitre avant, ont même été remplacés par du mastic de carrosserie!

 

 Et puis l'inévitable état des hauts de portières amovibles.

 Comme celui des bas du reste...

 

 Ainsi que les endroits traditionnels.

 

 

 

 Si ce n'est une ou deux petites bricoles le tablier est en excellent état. Les footwells, repose-pieds, n'ont que trés peu soufferts.

 

 Il y aura malgré tout un peu de soudure à faire.

 

 La traverse arrière a été remplacée par une très belle réalisation artisanale.

Les garnitures internes, ciels de toit et plaquages de portières sont d'origine mais eux aussi sont en fin de vie.

 

 

Le circuit électrique est d'origine dans son intégralité. Il fonctionne parfaitement.

Ci-dessus, le pot d'échappement adapté d'une Peugeot 405 ou 504 ....

Inconnu sur les Land français, ci-dessous un autre indice qui me fait pencher pour une vie avant les pompiers. En effet, question posée sur le forum du LTDS à propos de ce système de protection thermique hivernale et aquatique en passage à gué ou bourbier (eau-boue) du radiateur, il semblerait qu'il ne soit pas rare de le trouver monté en option sur les Land ...suisses.. 

 

 Entre mes doigts le reste d'un câble d'acier type frein de vélo. Trés certainement il devait cheminer jusqu'au tableau de bord ou j'ai retrouvé un tube d'arrivée de quelque chose. En fait, et grace à un ressort de rappel interne au volet on pouvait le commander tout en conduisant. Vu sa propreté je me demande s'il a servi au moins une fois ...

 
Samedi 30 mai 2009: j'ai trouvé un vieux toit de "Dormobile". Dormobile est une préparation "camper" des années soixante et suivantes qui permet de configurer le véhicule façon camping-car. Géronimo sera donc transformé en "camper".

 Ci-dessous quelques Land-Rover Séries de 109" équipés Dormobile.
Sous le canopy deux couchettes repliables, dans le véhicules un lit deux places réalisé grâce aux sièges amovibles et équipements cuisine, frigo, penderie ..
Je ne cherche pas les équipements d'époque car je l'équiperais d'aménagements modernes.

 
 
   
     
 
     
   
 
   

 

 

Le toit que j'ai trouvé et qui équipera Géronimo pour le transformer en "camper".
Base saine à restaurer entièrement.

 
 
 
 
 
 
 
  À suivre sur la page "Restauration - Transformation de Géronimo"

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Nos Land Rover
  • : Nos Land Rover
  • Contact

La route des sapins (Aude)

Ils se sont arrêtés avec leur Land

Des horreurs et des curiosités

Randonner en Montagne Noire Sud

Mécanique de maintenance

Bourse d'échanges à Pexiora

Bourse d'échanges à Pexiora

 

Pexiora les 31 août et 1er septembre 2019