Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
 Ici, résumé rapidement, les étapes du démontage. Je me suis arrêté sur quelques exemples, mais il faut bien se dire que la totalité de ce démontage est semblable, dans le même jus, que ceux montrés ci-dessous.

Février 2007 j'ai terminé de transformer le garage en atelier. Anne se met au volant de sa Séries pour l'amener à l'abri où, nous ne le savons pas encore, elle restera quinze mois.
Mes connaissances mécaniques se limitent aux vidanges, changement de moyeux, de plaquettes de frein. Bah, nous y croyons, et surtout j'ai derrière moi toute une bande de grands malades, ceux-là même qui alimentent le forum du Le Temps Des Series.

Clic sur photos pour les visualiser en grand format.
  Je sais que cela ne sera pas évident, j'ai passé le nettoyeur haute pression partout où je le pouvais avant de la rentrer.
 
  J'espère qu'il y aura assez de place.
 
 
 
 
 
  Il faut bien commencer par quelque chose, alors après avoir enlevé le hard-top, la cabine, j'attaque par l'avant.
 
  Malgré le nettoyage je prendrai des kilos de poussière, de boue, de rouille plein la tête et plein les yeux durant toute la durée de ce démontage.
 
 
 
  L'indispensable bombe de dégrippant, il en est bien passé une demie-douzaine lors de cette restauration.
 
 
 
 
 
  Ici la goulotte de remplissage de gas-oil dans la benne.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Avec Lionel nous avions essayé en vain de démarrer le moteur. Avant d'aller plus loin je voudrais me faire idée de son état. Je passe du temps pour réamorcer le circuit, constater qu'une bougie de préchauffage est morte et coupe son circuit, tout ça pour finalement le démarrer au start pilot. Il sera resté six ou sept ans tourner.
Cela fait du bien et me remonte le moral car plus j'avance et plus je trouve cette auto en très, très mauvais état. Je préviens Anne en lui formulant des réserves. Il faudra peut-être envisager de la revendre en pièces détachées, enfin, ce qui est vendable! Mais le grondement du moteur dans le pot d'échappement me fait du bien et nous décidons de continuer...
 
 
 
  Ce n'est pas son moteur d'origine, celui-ci est militaire. Je vais trouver par la suite un grand nombre d'éléments provenant d'un 109".
 
  Quand ils ont vu ça sur le forum du LTDS, ils m'ont pris pour un fou. Ben quoi elle est solide ma corde en nylon, elle est passée en quadruple...
 
  Un petit coup de nettoyage avant de le remiser pour plusieurs mois.
 
  Puis c'est au tour des boîtes, j'avais bien nettoyé avant.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Démontage du tablier.
 
  C'est crade hein?! Plein les ongles, plein les mains, plein les cheveux...
 
 
 
  C'est bien beau de démonter, mais il faudra tout nettoyer, réviser et repeindre avant le remontage.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Toutes les pièces sont soigneusement ensachées et référencées. Il y en aura plusieurs cagettes.
 
 Je note tout ce qui me paraît important. Quelques croquis, explications et pièges à éviter au remontage.
 
 À force de manier les outils j'ai mal aux mains. Difficile d'écrire proprement...
 
  Un flasque de frein avec ses garnitures, cela se trouve derrière le tambour de roue.
 
 Carter de pivot de roue AVG. Plus une goutte de gras là-dedans.
 
 Les aiguilles du roulement du bas de pivot en vrac dans le carter, cette auto roulait comme cela...
 
 
 
  C'est comme ça que t'en prends plein la figure.
 
 
 
  Les bols de pivots, morts également. Un de chaque côté.
 
 Une chose est certaine, cette voiture a servi, beaucoup servi.
 
 Et pas avec le meilleur entretien!
 
 Tout est à changer. Ces écrous de moyeux de roues ont plusieurs fois été dévissés au burin...
Les roulements sont à l'image du reste, bons à jeter. Tous sans exception seront changés.
 
 Si si, c'est ce qui reste d'une fusée de moyeu. Hard non?
 
 
 
 Les cannelures d'arbres de transmissions, enfin ce qu'il en reste ... ils partiront tous à la ferraille.
 
 
 
 Démontage des ponts et blocs de différentiels.
 
 
 
 Ça, c'est le pas de vis d'un u-bolt. Ferrures en U qui solidarise les ponts sur les lames de ressort.
 
 
 
 Je n'ai pu récupérer aucune des huit jumelles => Ferraille
 
Normalement c'est plat ... voici le travail résultant des frottements, le bout de cette jumelle est creusé sur plus de la moitié de son épaisseur.
 
 
 Plusieurs fois j'ai été obigé d'appeller à la rescousse un outil d'une redoutable efficacité.
 
 Une jumelle, encore, côté mâle.
 
 Support de jumelles AR.
 
 
 
 Et finalement, fin mars, deux mois après, sans me presser, en travaillant tranquillement quelques heures par jour et encore, pas tout les jours nous sommes prêts à attaquer la seconde phase, la plus longue : la restauration. Je dis "nous" car Anne va faire sa part de boulot au remontage, et pas le plus sympa. RDV sur la page "Restauration de MP, le remontage".
 
 

 

 Réflexe hérité d'une carrière dans la Marine Nationale ;)

  Suite sur la page "Restauration de Monneypenny"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Nos Land Rover
  • : Nos Land Rover
  • Contact

La route des sapins (Aude)

Ils se sont arrêtés avec leur Land

Des horreurs et des curiosités

Randonner en Montagne Noire Sud

Mécanique de maintenance

Bourse d'échanges à Pexiora

Bourse d'échanges à Pexiora

 

Pexiora les 31 août et 1er septembre 2019