Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 

 

 C'est sans prétention, ce qui suit n’est pas ce qu'il y a de mieux, des dizaines de témoignages et autres tutoriels sont disponibles ailleurs, je le mets à disposition pour donner matière à réflexion, des références voire des exemples utiles pour découvrir le principe, s'en inspirer en vue peut-être d'une réalisation personnelle.

 

 

 

Je dispose de deux équipements électriques à bord qui me donnent toujours un peu de stress quand nous partons quelques temps en autonomie:

 

- Un chauffage aérotherme type "Webasto".

- Une glacière à compression Waeco/Dometic.

 

 En effet, bien que peu gourmands en électricité, mon 109 disposant d'une batterie de 75 Ah, j'ai toujours peur qu'un jour ces éléments ne finissent par prendre trop de courant dans une batterie pouvant être déjà entamée*. La solution d'une batterie auxiliaire pour les alimenter s'est donc imposée. Nos besoins n'étant pas énormes cette installation ne le sera pas non plus.

*Il est toujours judicieux de vérifier l'état de sa batterie avant de partir.

 

- L'hiver pour le chauffage aérotherme.

Puissance absorbée au démarrage 120 W/h (durée de la consommation variable selon t° ambiante) 40 W/h en régulation selon constructeur, consommation moyenne en régulation constatée de 0,4 A/h.

 

Aérotherme chinois copie de type ''Webasto'' dans mon 109.

 

- L'été pour la glacière CF18 Waeco.

Puissance absorbée de 35 W/h (instantanée au démarrage, durée de la consommation variable selon la t° ambiante) pour une consommation moyenne de 0,38 A/h. Données constructeur à vérifier.

 

 

 

 

  Trois solutions, en autonomie, pour recharger cette batterie, on laisse tomber éolienne, générateur mobile...:

 

- Le(s) panneau(x) solaire(s). En fonction de la saison (hauteur du soleil) et de la lumière ambiante (météo) donc charge aléatoire.

 

- Le coupleur séparateur. Obligation moteur en marche (alternateur moteur) qui maintient automatiquement le niveau des deux batteries (batterie au plomb/acide en ce qui me concerne).

 

- Disposition à bord des deux solutions.

 

 De part sa conception l'intérieur de mon véhicule laisse peu de places disponibles pour loger une batterie dans les micros espaces restants avec les aménagements, tout doit rester minimaliste et cependant répondre à un minimum de besoins. Il faut donc mettre en équation, encombrement, rentabilité et confort attendu pour l'intérieur.

 Pas simple, d'autant que j'ai comme exigence l’esthétique extérieure. Pas question de faire n'importe quoi sur le toit relevable Dormobile, d'enlaidir ses formes harmonieuses mais néanmoins tarabiscotées auxquelles ne correspond aucunes dimensions de panneaux solaires, même souples.

 J'ai cherché longtemps, 50W, 75W, ...W, 150W, 200W...

 Carrés, rectangulaires, rigides, souples, légers,.. fallait que ça passe sur un rapport esthétique/encombrement/puissance/capacité batterie.

 Y'avait, chez Amazon et consorts, mais trop cher pour l'un ou pas disponibles pour les autres car livraison de Chine trop aléatoire en ces temps de conflits et pandémie.

 Et finalement basta! chercher le moins cher, et après? Finalement trouvé ce qu'il me fallait chez un revendeur professionnel, en France, avec ce que ne propose pas les sites de ventes en ligne: un professionnel au bout du fil, précis et de bon conseil, une vraie garantie ainsi qu'un service après vente.

 La chance, c'est ce panneau de 60W, souple correspondant à qq cm près à la taille du lanterneau de mon toit pour une puissance délivrée qui selon mes calculs, et si j'ai tout bien compris, devrait théoriquement être suffisante. 

 

Légèrement différente sur le panneau lui-même

 

 

 Par ce que ce que j'ai fait ne conviendra pas à tout le monde et que si vous n'y connaissez rien ou pas grand chose vous gagnerez du temps:

 Calcul panneaux solaires

 Régulateur de charge

 Quelle batterie auxiliaire 

 Le bon panneau solaire

 Quelle section de câble

 Et bien d'autres particulièrement sur Youtube, mots clés ''van installation solaire''.

 

 

  Première chose à la réception, voir si ce que j'ai calculé rentre dans les clous. Oui, à quelque chose près.

 

 Je ne veux pas percer le lanterneau en plexi ni le panneau. Je vais donc le scratcher ce qui le rendra amovible à l'arrêt pour, s'il le faut, mieux capter les rayons solaires.

 

  Le fait d'employer une colle façon polymère assure une excellente fixation tout en la laissant souple. De fait il sera toujours possible en insérant une lame entre les deux parties de retirer le bout de scrath puis, avec un peu de patience, retirer la couche de colle. J'ai testé, ça fonctionne.

  

Surprise, la colle en séchant s'est légèrement rétractée entraînant avec elle la bande de scratch qui a un peu gondolé, j'en ai peut-être trop mis. Tant pis.

 

 Ça me va, c'est propre et après test ça tient en roulant.

 

  Avec le passe fil

 

 

 

Pour stocker l'énergie produite par le panneau solaire il faut le relier à une batterie  Quelle batterie auxiliaire  via un régulateur de charge Régulateur de charge.

  Pour cela il faut du fil électrique et j'utilise, je sais c'est monstrueux mais voulu, du 6mm², du 4mm² aurait largement suffit sur cette installation mais peut-être la ferai-je évoluer un jour Quelle section de câble. Trop fort n'a jamais manqué, écrivait Bernard Moitessier.

 

  J'ai choisi un régulateur de charge PWM à affichage direct, il indique tour à tour:

- La tension en volts disponible aux bornes de la batterie.

- L'état de charge de la batterie en %.

- L'intensité en ampères de la charge instantanée.

- Le total en ampères de l'intensité chargée.

- L'intensité instantanée en ampères débitée.

- Le total en ampères de l'intensité débitée.

 Légèrement moins performant qu'un MPPT mais aussi moins cher, la différence de rendement négligeable au niveau de mon humble installation.

 

 La batterie de 75 A/h au plomb-acide provient d'un C4 Picasso identique à celle du 109 (moteur essence) qui permettrait le cas échéant de les échanger. Je la remplacerai à l'occasion par une batterie gel, bien plus onéreuse...

 

État d'une batterie en fonction de la tension délivrée.

Ex: une batterie délivrant à ses bornes une tension mesurée 11,75 V ne disposera plus que 30% de sa charge. Nota : Une batterie traditionnelle ne devrait jamais tomber au-dessous de 40 à 50% de  sa charge totale. Les dépasser endommagerait celle-ci.

-

 

 Fin septembre de retour d'un bivouac en Montagne Noire, où nous avons utilisé deux fois le chauffage pour un total de quatre heures (donc deux démarrages quelques peu énergivore), nous sommes rentrés avec 44% dans la batterie. C'est donc très juste si pas de soleil le lendemain pour recharger. Nous étions partis avec 96%.

 L'après-midi, alors que le soleil en cette saison est déjà bien bas sur l'horizon, quatre heures d'ensoleillement auront suffit à recharger à 100%. C'est bien à condition qu'il fasse beau, c'est ce que j'espérais pour une autonomie de 24-48h mais au cœur de l'hiver pour un chauffage sur plusieurs jours ce ne serait pas le cas, le soleil encore plus bas, nous passerons l'hiver et je redonnerai des chiffres. En plein été, soleil au plus haut, pour la seule glacière et éventuellement un peu de chauffage je pense que cela suffira largement. Attendre et voir si réellement le besoin d'augmenter la puissance en changeant ou rajoutant un panneau? Doubler d'un coupleur séparateur? Chargeur Booster? Batterie de plus grande capacité?

De quoi cogiter les nuits d'insomnie 👻

===========================================================================

Qu’est ce qu’un coupleur / séparateur de batterie ?

Comme son nom le laisse entendre, cet accessoire pour fourgon aménagé à deux fonctions : coupler et séparer. Ces deux fonctions se font grâce à un relais qui va permettre de recharger une batterie ou un parc à batterie auxiliaire via la batterie moteur grâce à l’alternateur du véhicule. Son objectif principal est donc la charge des batteries auxiliaires : c’est le couplage sans pour autant décharger la batterie moteur afin de pouvoir redémarrer : c’est la séparation.

 

Un coupleur séparateur, comment ça marche ?

Le principe est donc simple, lorsque la batterie moteur charge, le coupleur séparateur va donc mettre en parallèle (coupler donc) cette dernière avec la ou les batteries auxiliaires afin qu’elles rechargent également. Votre batterie auxiliaire se recharge donc pendant que votre fourgon aménagé roule vers votre prochaine destination, ou du moins, pendant que le moteur est en marche. A l’arrêt du moteur, la tension de la batterie du moteur va descendre et le coupleur/séparateur va séparer les deux batteries afin de préserver la batterie moteur.

Le coupleur/séparateur fonctionne donc sur un principe simple et efficace.

https://www.h2r-equipements.com/content/20-quel-coupleur-separateur-de-batterie-choisir

Partager cette page
Repost0
Publié par Xtian

Présentation

  • : Nos Land Rover
  • : Nos Land Rover
  • Contact

La route des sapins (Aude)

Ils se sont arrêtés avec leur Land

Des horreurs et des curiosités

Randonner en Montagne Noire Sud

Mécanique de maintenance

Mon chauffage autonome chinois copie Webasto

 

Type Webasto Series 109 Dormobile